Pas de compteur de CO2 obligatoire dans les écoles flamandes, confirme Ben Weyts : "ça ne résout pas le problème"

Sur Radio 1 ce lundi, le ministre flamand de l'Enseignement est revenu sur les conditions de rentrée.

Pas de compteur de CO2 obligatoire dans les écoles flamandes, confirme Ben Weyts : "ça ne résout pas le problème"
© Belga
Belga avec rédaction

A deux jours de la rentrée scolaire, le ministre flamand de l'Éducation Ben Weyts (N-VA) a une nouvelle fois défendu la décision de ne pas rendre obligatoire l'installation d'un compteur de CO2 dans chaque classe. "Un tel compteur signale le problème, mais ne le résout pas. Il ne prend pas non plus en compte les différences entre les classes. Il est plus intelligent de travailler avec le conseiller en prévention qui est présent dans chaque école", a-t-il déclaré sur Radio 1, ce lundi.

À la mi-août, le ministre Weyts et le secteur de l'éducation ont conclu des accords sur les mesures à appliquer dans les établissements scolaires flamands : une bonne ventilation doit être assurée dans les locaux des écoles, qui peuvent aussi s'appuyer sur l'expertise du Comité pour la prévention et la Protection au travail (CPPT). Le Comité pourra imposer un compteur de CO2 en cas de besoin.

Un compteur de CO2 n'est donc généralement pas requis et le ministre flamand a réitéré sa volonté qu'il en reste ainsi. "Le conseiller en prévention peut immédiatement prendre des mesures et proposer des solutions", a-t-il argumenté.

Si l'installation d'un compteur de CO2 devenait obligatoire, une vérification s'imposerait et pour Ben Weyts, cela serait trop compliqué à mettre en oeuvre.

S'attaquer à la pénurie d'enseignants

Le ministre est aussi revenu sur la pénurie aiguë d'enseignants. "Il y a indéniablement un problème", pour le nationaliste, qui souhaite s'attaquer à ce souci en rendant le travail plus attrayant - par exemple en encadrant mieux les enseignants débutants.