Les universités plutôt satisfaites de la réforme du décret Paysage

Le Conseil des recteurs francophones (Cref) réagit lundi plutôt positivement à la réforme du décret Paysage, même si cette dernière ne rencontre pas toutes ses demandes.

Les universités plutôt satisfaites de la réforme du décret Paysage
©FLEMAL JEAN-LUC
Belga

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé jeudi dernier l'avant-projet visant à réviser ce décret qui régit l'enseignement supérieur. Le Cref se félicite surtout "de l'évolution envisagée (...) de nature à mieux structurer le parcours de l'étudiant et étudiante, et à clarifier les conditions de finançabilité", écrit lundi dans un communiqué cet organe réunissant tous les recteurs et rectrices des universités francophones de Belgique.

Le Cref salue aussi les "moyens complémentaires dégagés au bénéfice des établissements d'enseignement supérieur", ce qui permettra de mettre en place des "mesures de renforcement de l'aide à la réussite".

Les universités se disent enfin prêtes à "mettre en œuvre cette réforme du décret Paysage dès la rentrée de septembre 2022".

La révision du décret comprend notamment l'imposition aux étudiants et étudiantes de réussir l'ensemble des 60 premiers crédits d'un cursus avant de pouvoir être officiellement inscrits dans le bloc suivant.

La Fédération des étudiants francophones (Fef) a, elle, dénoncé ce projet de réforme. Elle conteste notamment la limitation du nombre d'années (cinq) pour réussir un bachelier alors que les causes de l'échec se situent essentiellement dans les inégalités au sein des enseignements secondaire et supérieur, selon elle.

Sur le même sujet