Enseignement obligatoire : le nombre de recours externes en hausse de près de 25%

Le nombre de recours externes contre des décisions de conseils de classes rendues en juin dernier en Fédération Wallonie-Bruxelles a augmenté cette année de près de 25% par rapport à l'an dernier, a indiqué mardi la ministre de l'Education, Caroline Désir.

Enseignement obligatoire : le nombre de recours externes en hausse de près de 25%
© GUILLAUME JC

Pour l'enseignement primaire, le nombre de recours externes se chiffre ainsi à 185, contre 1.916 dans le secondaire, soit un total de 2.101 recours externes, a indiqué Mme Désir, interrogée en commission du Parlement par plusieurs députés.

Cette augmentation s'inscrit dans une croissance continue du nombre de recours externes en Fédération Wallonie-Bruxelles au fil des ans. En 2010, on n'avait ainsi dénombré que 1.084 recours, soit moitié moins qu'aujourd'hui.

Préoccupée par cette augmentation, Mme Désir a annoncé la mise sur pied d'un groupe de travail chargé de travailler à des améliorations du système, avec pour objectif de réduire le nombre de recours introduits, mais aussi d'accélérer les décisions.

Face à la charge de travail, les conseils de recours mettent plusieurs semaines à rendre leur décision, laissant ainsi les familles dans l'attente pendant plusieurs semaines, souvent jusqu'au mois de septembre, soit après la rentrée scolaire.

Le taux de réformation de décisions prises en conseils de classe tourne autour de 30% en moyenne.

La législation communautaire permet aux parents de contester les décisions prises par les conseils de classe (redoublement, etc.).

La procédure est organisée en deux temps: d'abord un recours interne auprès de l'établissement de l'enfant concerné. Et puis, au besoin, un recours externe à introduire auprès de l'administration de la FWB cette fois.

Sur le même sujet