Le port du masque à nouveau obligatoire dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Dès le 8 novembre, enseignants et élèves wallons devront s’aligner sur les Bruxellois. Et les choses changent aussi en Flandre.

La circulaire ministérielle a été envoyée à l’adresse de toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles mercredi après-midi. C’est elle qui fixe les nouvelles mesures sanitaires qui interviendront dans ces établissements scolaires dès le lundi 8 novembre, soit au lendemain du congé de la Toussaint.

L’élément le plus neuf d’emblée : à partir de cette date, les enseignants et élèves wallons issus de l’enseignement secondaire devront impérativement s’aligner sur leurs homologues bruxellois en portant le masque en permanence, y compris lorsqu’ils sont assis en classe. Telle est la décision prise par la ministre de tutelle Caroline Désir (PS), en accord avec les acteurs de l’enseignement.

"Par souci de vigilance et de prudence"

Pour rappel, depuis la rentrée scolaire de septembre, les élèves et les enseignants wallons pouvaient se passer du masque une fois installés en classe. Et ce, contrairement à leurs pairs bruxellois en raison du taux de vaccination plus faible dans la capitale. La Wallonie s'alignera désormais sur la Région bruxelloise. "Depuis près de deux semaines, notre pays est confronté à une augmentation significative de l'ensemble des paramètres de mesure de la pandémie de Covid-19, et en particulier du nombre de contaminations et d'hospitalisations ainsi que du taux de positivité […], peut-on lire dans la circulaire de la ministre Désir. L'augmentation des contaminations dans la société a toutefois évidemment un impact très fort sur l'école. Je sais à quel point la gestion des cas Covid-19 et les contraintes du tracing alourdissent votre travail quotidien, complexifient l'organisation des écoles et entravent la continuité des apprentissages comme le bien-être des élèves […]"

Interrogé mercredi en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le ministre-Président Pierre-Yves Jeholet (MR) a lui aussi commenté cette décision. "Ce choix a été posé par souci de vigilance et de prudence, comme une piqûre de rappel. Mais nous ne voulons pas que l'on stigmatise les jeunes, car le virus circule partout !", a-t-il insisté.

Maintenir les écoles ouvertes

En primaire, les professeurs devront garder le masque, même lorsque les élèves sont assis. Ces nouvelles règles entrent également en vigueur à la reprise, soit après le congé de la Toussaint. L’objectif poursuivi par la ministre de l’Éducation est, souligne-t-elle, de maintenir les écoles ouvertes.

Pour les acteurs de l'enseignement, la décision de rendre le port du masque à nouveau obligatoire en permanence dans tout le secondaire est un moindre mal face à une éventuelle prolongation du congé de la Toussaint. Mardi, sur les ondes de Bel RTL, le ministre-Président Jeholet avait d'ailleurs laissé entendre qu'il était exclu, du moins à son estime, de prolonger le congé de la Toussaint. "Il en va de la santé mentale et psychologique des enfants", a-t-il commenté. Ces nouvelles mesures sanitaires seront d'application jusqu'à la fin du mois de novembre. D'ici là, elles feront l'objet d'une évaluation à la lecture de l'évolution des chiffres de l'épidémie.

Signalons enfin que, dans l’enseignement flamand, le masque devra être aussi porté par les élèves de 5e et 6e primaires à partir du 8 novembre.

Sur le même sujet