Le gouvernement francophone a approuvé la réforme du décret Paysage

Le texte qui revoit l'organisation des études supérieures initié par la ministre Glatigny sera soumis prochainement aux votes des députés.

Le gouvernement francophone a approuvé la réforme du décret Paysage
©FLEMAL JEAN-LUC

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté jeudi, en troisième lecture, le projet de décret qui réforme le texte qui organise les études supérieures: le décret dit Paysage. Il sera examiné prochainement au parlement, en commission d'abord puis soumis au vote en séance plénière.

"Aujourd'hui, trop d'étudiants passent un nombre élevé d'années dans l'enseignement supérieur sans obtenir un diplôme à la fin de leur parcours", explique la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR). "L'absence de balises claires pénalise particulièrement les plus fragiles. Or, on connait l'importance d'un diplôme dans l'insertion socioprofessionnelle des jeunes. Des changements étaient donc nécessaires. La réforme soutient les étudiants, les accompagne dans leur réussite et vers l'obtention d'un diplôme."

La différence principale entre l'ancien et le nouveau système est la clarification de la notion de réussite et la réinstauration d'une structure claire dans le parcours de l'étudiant. Rappelons notamment la règle générale: les étudiants auront deux ans pour valider les 60 crédits de la première année, quatre, pour les 120 premiers crédits et cinq, pour l'ensemble du bachelier (avec une année supplémentaire en cas de réorientation). Le passage entre bachelier et master sera aussi mieux balisé.

L’entrée en vigueur est fixée à septembre 2022 pour tous les nouveaux étudiants qui entameront des études supérieures. Pour les autres, le système actuel reste valable.

La Fédération des étudiants francophones (Fef) continue à émettre des critiques concernant les modifications apportées. La Fef estime que la réforme du décret paysage aura des impacts néfastes sur les chances de réussite des étudiants et particulièrement des plus précaires et elle souhaite que la ministre Glatigny mette la priorité sur la lutte contre la précarité.

Sur le même sujet