Valérie Glatigny réagit au décès d'un étudiant lors d'un baptême: "On ne pourra jamais empêcher à 100% les incidents"

La ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR), estime que des incidents peuvent toujours survenir malgré les règles établies.

E.L.

Le décès d'un jeune étudiant dans la nuit de samedi à dimanche lors d'un baptême a bouleversé le monde estudiantin. Selon les dernières informations révélées par l'autopsie, Antonin Deneffe, né en 2002, pourrait être décédé des suites d'une consommation excessive d'alcool lors de cet événement organisé à Gedinne, dans la région namuroise.

Interrogée à ce sujet par nos confrères de Sudinfo, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny a tenu à rester très prudente et à ne pas s'exprimer directement sur le dossier afin de respecter le travail des enquêteurs. Toutefois, elle a réaffirmé que la Charte relative aux activités de baptême, un socle de règles co-rédigées et signées en 2020 par les étudiants, les universités et les hautes écoles, reste le "principal outil" pour s'assurer que les activités étudiantes se tiennent dans "le respect de l'intégrité physique et morale des participants".

Mais malgré ces règles, les accidents ne sont pas à exclure. "La charte ne pourra malheureusement jamais empêcher à 100 % des incidents", regrette la libérale.

L'enquête se poursuit actuellement et les résultats d'une analyse toxicologique devraient pouvoir confirmer (ou non) la piste de l'abus d'alcool.


Sur le même sujet