Binta raconte la galère des étudiants extra-européens: "À la fin de leurs cursus, ceux qui ont bien réussi n’ont plus la possibilité de rester"

La jeune femme d’origine sénégalaise revendique une égalité de traitement.

Binta raconte la galère des étudiants extra-européens: "À la fin de leurs cursus, ceux qui ont bien réussi n’ont plus la possibilité de rester"
©Albin
Dix ans après son arrivée à Charleroi où elle a achevé ses humanités à l'institut Saint-André avant d'effectuer un master d'ingénieur civil à l'UMons, Binta en vient à craindre un retour forcé dans son pays d'origine, le Sénégal. Elle est loin d'être la seule à présenter le profil. Ses deux sœurs Karima et Maria, l'une en dernière master de biologie, l'autre en deuxième bac d'informatique à la Helha pourraient...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet