“Si vous en parlez aux autres, il y aura des sanctions sévères”, stipulait le mail reçu par les étudiantes qui ont dû se déshabiller durant leur baptême à Anvers

Mercredi, on apprenait que des étudiantes anversoises avaient été poussées à se déshabiller durant leur baptême. Le contenu de ce mail, divulgué par la Gazet Van Antwerpen, montre clairement que les étudiantes étaient sous pression.

“Si vous en parlez aux autres, il y aura des sanctions sévères”, stipulait le mail reçu par les étudiantes qui ont dû se déshabiller durant leur baptême à Anvers
©DEVOGHEL BRUNO

Mardi, le cercle des étudiants en médecine de l'UAntwerpen, Aesculapia, était suspendu jusqu'à la fin de l'année académique. En cause: un strip-tease organisé comme activité de baptême durant lequel quatre étudiantes ont dû se déshabiller. Elles auraient également dû mimer des actes sexuels explicites.

Ce vendredi, la Gazet Van Antwerpen révèle le contenu du mail d'invitation envoyé par les organisateurs. "Vous avez l'honneur fou de pouvoir remplir une mission annuelle traditionnelle", stipule-t-il en soulignant que cet événement suscite de grandes attentes de leur part. Les organisateurs appelaient ainsi les participantes à "porter leurs plus beaux sous-vêtements".

La missive indique ensuite que ce strip-tease ne doit pas les rendre honteuses, "pas de bêtise sur le fait d'avoir honte", puisque tous les participants sont déjà montés sur scène. Le message se termine sur une injonction claire en lettres majuscules : "Cette mission est secrète. Si nous découvrons que vous en avez parlé aux autres, il y aura des sanctions très sévères!"