L’UCLouvain et Saint-Louis-Bruxelles demandent au gouvernement de permettre leur fusion

Dans un communiqué commun, les deux universités expriment leur totale incompréhension.

L’UCLouvain et Saint-Louis-Bruxelles demandent au gouvernement de permettre leur fusion
©Belga/Licoppe

L’UCLouvain et l’Université Saint-Louis-Bruxelles ont été informées, en cette fin de semaine, de l’absence d’accord au sein du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur un décret consacrant leur fusion, décidée par leurs organes décisionnels dès 2017.

Les universités expriment leur incompréhension et demandent au gouvernement de traiter avec une égale attention les différents acteurs de l’enseignement. Deux hautes écoles du réseau officiel, dont les sièges sociaux étaient localisés respectivement à Bruxelles et en Brabant Wallon, ont effectivement fusionné il y a quelques années en bénéficiant d’un important incitant financier de la Fédération.

Dans un communiqué commun, les deux universités précisent que cette fusion leur permettrait d’utiliser plus efficacement leurs moyens, d’améliorer le soutien aux personnels et aux étudiants et de renforcer le positionnement européen des institutions.

Elles ajoutent que le refus du gouvernement va à l’encontre du mouvement en cours dans le monde entier. Dans la plupart des pays, les pouvoirs publics incitent les universités à fusionner et les encouragent par des incitants financiers.

Enfin, ce blocage contredit aussi les conclusions du rapport rédigé par des experts indépendants chargés par l’Ares (la coupole du supérieur) d’émettre des propositions sur l’enseignement supérieur à l’horizon 2030, lequel préconisait de favoriser la fusion d’établissements avec l’appui du gouvernement.