Vers un allègement des quarantaines à l’école ? Les ministres de l’Education seront entendus en Cim Santé mercredi

Dans une note actuellement en discussion, Frank Vandenbroucke propose un "ajustement temporaire de la politique de quarantaine" dans les écoles

Vers un allègement des quarantaines à l’école ? Les ministres de l’Education seront entendus en Cim Santé mercredi
©JC Guillaume

Les trois ministres de l’Education ont demandé la tenue d’une Cim (Conférence interministérielle) Santé, afin de relayer les difficultés que posent dans les écoles, tant pour les équipes pédagogiques que pour les parents, les protocoles actuels. Les règles de quarantaines, en particulier, vident les classes des élèves et des enseignants, désorganisant ainsi fortement les établissements.

Dans la perspective de cette réunion qui se tiendra mercredi, le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a déposé une note dans laquelle il évoque "un ajustement temporaire de la politique de quarantaine dans l'enseignement obligatoire, pendant cette phase de forte circulation du virus".

En vertu de cet ajustement, la procédure de fermeture automatique de classe ne serait plus appliquée du tout (elle l’est aujourd’hui dans le fondamental, à partir de 4 cas ou 25% d’une classe détectés positifs), et les élèves qui sont en quarantaine en raison d’un contact à haut risque à la maison seraient autorisés à assister aux cours à l’école. Ces enfants devraient toutefois rester en quarantaine pour leurs autres activités.

Comme il y a plus de probabilités, avec ce scénario, qu'un enfant contaminé sans symptômes se rende à l'école, augmentant ainsi le nombre de contaminations, le ministre Vandenbroucke suggère de demander aux enseignants et aux élèves de se faire tester systématiquement au moyen d'un autotest. "Cette politique pourrait être davantage soutenue, par exemple", lit-on dans sa note, "en prévoyant via les écoles au moins un autotest gratuit par enfant/enseignant et ce, pour un certain nombre de semaines."

Cette proposition est en discussion entre les cabinets de l’Education et de la Santé.

Au cabinet de la ministre Désir, on se refuse à tout commentaire avant la Cim de mercredi.

Sur le même sujet