Dans la cour de récré, l’Adobus aborde sans tabou les questions des jeunes

Depuis septembre 2021, 700 élèves du lycée de Colfontaine se sont déjà rendus dans ce camping-car aménagé.

Image d'illustration
Image d'illustration ©Shutterstock
Belga

C’est un projet-pilote qui inspire déjà d’autres écoles de la région. L’Adobus, un camping-car aménagé en deux cabinets d’entretien, se pose deux fois par semaine dans la cour de récré du lycée provincial Hornu Colfontaine (dans le Hainaut). Les élèves peuvent venir y aborder tous les sujets sans tabou et en toute confidentialité. Le projet est porté par Médecins du monde en collaboration avec le Planning familial de Frameries et d’autres ASBL.

Les élèves y ont accès à une information fiable et à une aide adéquate sur la santé sexuelle et reproductive. Le consentement, l’amour, l’usage du préservatif : tout peut être évoqué, sans jugement, avec des professionnels. Les élèves peuvent se procurer gratuitement des tests de grossesse, de la contraception d’urgence, des préservatifs, des protections périodiques…

En Belgique francophone, seuls 20 % des élèves ont accès à au moins une séance d’Evras (éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle) sur l’ensemble de leur scolarité, de façon très inéquitable.

L’Adobus vise à atténuer les carences dans l’accompagnement des jeunes vers une vie affective et sexuelle épanouie. Au cœur de la cour de récréation, il prétend rapprocher les adolescents et adolescentes des services de santé sexuelle, affective et relationnelle.

Créer un lien de confiance

Il n'y a pas de centre de planning familial à Colfontaine, explique Nathalie Annez de Taboada, coordinatrice du projet Adobus. "Ce projet nous donne la possibilité d'aller régulièrement à la rencontre des ados et de créer un lien de confiance essentiel à la confidence." L'Adobus doit aussi permettre de porter une attention particulière aux jeunes en situation de grande vulnérabilité, victimes de violence ou ayant des problèmes d'addiction, par exemple, ajoute-t-elle.

Depuis septembre 2021, les professionnels de l’Adobus ont reçu près de 700 visites, en groupe ou individuelles, au cours de 21 permanences.

Sur le même sujet