Comment mémoriser ses cours le plus efficacement possible ?

L'été pointe le bout de son nez, ça sent les vacances. Mais avant les vacances, vient le blocus ! Voici quelques techniques pour t'aider à mémoriser tes cours.

Lola Buscemi
Comment mémoriser ses cours le plus efficacement possible ?
©Shutterstock

Quand les examens arrivent et qu'il faut réviser plusieurs matières en même temps, on croule rapidement sous la tonne d'informations, et tout mémoriser semble impossible. Pas de panique, ton cerveau a largement la place de tout retenir. Il suffit simplement de ne pas paniquer et d'utiliser une technique de mémorisation qui te convient. Voici quelques pistes !

La méthode Pomodoro

Avec plusieurs cours différents à réviser, il est difficile de se concentrer sur un sans penser à l’autre. Mais le multitâche a ses limites en termes d’efficacité. La technique Pomodoro est une méthode pour se concentrer intensément sur une tâche précise sans se laisser distraire. Elle consiste à rythmer ton travail en session de 25 minutes, toutes espacées d’une pause de cinq minutes. Après une plus longue pause, tu peux ensuite embrayer sur un autre cycle, une autre matière.

Les pauses sont très importantes, elles permettent de se détendre. De plus, en faisant une activité plaisante pendant ses pauses, le cerveau crée une association positive et favorise la mémorisation.

La technique du sac

Notre cerveau fonctionne par association d’idées. Lorsqu’on voit une publicité pour un aliment, cela nous rappelle que nous devons faire les courses ce soir. SAC veut dire sélection, association et connexion. Pour booster la mémorisation, il suffit de recréer ce mécanisme. Il faut inventer une histoire pour créer des liens entre les informations, en utilisant si possible les cinq sens.

Voici un exemple, mais cette technique ne marche qu'avec vos propres histoires :

Première étape : la sélection des informations : le verbe "to mull" signifie réfléchir ou ruminer en français.

Ensuite, l'association. : To mull fait penser à "une mule". Et "réfléchir" m'évoque une ampoule ou les bulles d'une B.D.

Et enfin, la connexion : je décide de mettre en scène ces éléments dans une petite histoire où le personnage principal est une mule. Alors qu’elle se promène tranquillement au milieu des meules de foin, une idée de génie lui vient soudainement à l’esprit. C’est alors qu’une ampoule apparaît dans une bulle de BD au-dessus de sa tête.

Le palais de mémoire

Cette méthode sollicite la partie du cerveau en charge du repérage spatial, l’hippocampe. A travers un circuit familier, comme sa maison, on dépose des informations à mémoriser. Par exemple, les escaliers représentent le premier chapitre de son cours. Pour s'en rappeler, il suffit de refaire le chemin mentalement et d'observer l’image ou le texte que l’on a déposé à chaque endroit.

Tu peux prendre celui que tu prends le matin pour te rendre à l'université, tu peux choisir des bâtiments tout le long. Par exemple, la maison de ton voisin, un feu de signalisation, une statue ou tout autre bâtiment. Et ranger dans chaque lieu une quantité d'informations que tu peux facilement gérer.

Le “mind-mapping”

Cette technique consiste à visualiser les informations sous forme de dessin ou de schéma, associant le texte à des codes visuels (couleurs, symboles…). Les informations donnent des arbres de données hiérarchisés. Ils sont simples à retenir car ils suivent le même schéma que l’organisation des neurones et le cheminement naturel de la pensée.