Les inégalités dans les écoles belges pointées par l’Europe: "L’écart dans les résultats scolaires est devenu parmi les plus importants de l’UE"

La Commission européenne a remis aux autorités belges plusieurs recommandations.

F. C. avec Belga
Photo prétexte
Photo prétexte ©JC Guillaume

En raison de la guerre en Ukraine, la Commission européenne a annoncé lundi que la dérogation aux règles budgétaires serait maintenue jusqu’en 2024. Toutefois, cette souplesse supranationale a été accompagnée d’une série de recommandations adressées aux États membres. Que pointe le bulletin européen transmis à la Belgique ?

La Commission invite notre pays à une relative prudence budgétaire en 2023. Cette modération doit aller de pair avec le soutien ciblé aux ménages et aux entreprises les plus exposés aux pics du prix de l’énergie, ainsi qu’avec le soutien aux réfugiés d’Ukraine.

Alléger la fiscalité sur le travail

Les recommandations dépassent le simple cadre budgétaire. Ainsi la Commission réclame-t-elle à nouveau à la Belgique une réforme fiscale et une réforme du système des allocations de chômage, "afin de réduire les obstacles à l'emploi" en allégeant la fiscalité sur le travail.

Les inégalités à l'école en Belgique restent l'une des préoccupations fortes de la Commission. "L'écart dans les résultats scolaires est étroitement lié à l'origine socio-économique et migratoire des élèves." Le constat n'est pas neuf, mais cet écart est devenu "parmi les plus importants de l'UE", pointe la Commission.

La Commission pointe d’autres constats inquiétants dans le domaine de l’enseignement. Notamment, le fait qu’environ un tiers des jeunes adultes handicapés ne terminent pas leurs études secondaires. De même, seuls 6,2 % des étudiants ont participé à une formation en milieu professionnel en Belgique en 2019. Ce taux est bien inférieur à la moyenne de l’Union (29 %).

D'où cette recommandation de la Commission : la Belgique devrait améliorer "la performance et l'inclusivité du système d'éducation et de formation, en améliorant la qualité et la pertinence pour le marché du travail de l'enseignement et de la formation professionnelle".

Dans le contexte de la guerre menée par la Russie en Ukraine, l'exécutif européen a pour la première fois ajouté à ses traditionnelles recommandations socio-économiques des recommandations dans le domaine de l'énergie. Il réclame ainsi à la Belgique "des mesures additionnelles significatives" pour accélérer le développement des sources d'énergie renouvelable, afin de progresser vers la neutralité climatique en 2050 et de réduire la dépendance aux carburants fossiles importés. La Belgique doit augmenter son investissement public dans ces domaines, juge la Commission.

De trop longues procédures

Le développement des projets éoliens terrestres et l'expansion qui y est liée au réseau électrique sont "gravement entravés" par les longs délais d'obtention des permis de construire, notamment en raison de procédures de recours "longues et répétitives", souligne la Commission.

Cette dernière insiste sur la nécessité d’un alignement de tous les niveaux de pouvoir (fédéral, régional, local) sur les objectifs et la stratégie en matière d’énergies renouvelables.