Les centres PMS "bientôt forcés de choisir quels jeunes peuvent encore être aidés"

Les renforts attribués pendant la crise disparaîtront le 30 juin. Or, les jeunes vont mal. Le secteur manifestera jeudi.

Pediatric,Occupational,Therapist,Observing,A,Child,Patient,With,Autism
©Shutterstock
"Dans mon équipe, nous observons, à tous les niveaux du secondaire, davantage de désintérêt pour l'école souvent associé à une perte de sens et à une incapacité de se projeter dans l'avenir." Stéphanie Amant dirige le centre PMS libre Charleroi 2. Elle réagit aux témoignages de terrain qui ont rapporté, par...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité