Inondations: plusieurs dizaines d'écoles bénéficieront d'un encadrement adapté à la rentrée

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a pris une série de dispositions pour soutenir l'encadrement de nombreux établissements scolaires frappés durement par les inondations de l'été dernier en Wallonie, a indiqué jeudi la ministre de l'Education, Caroline Désir (PS).

Inondations: plusieurs dizaines d'écoles bénéficieront d'un encadrement adapté à la rentrée
©Ennio Cameriere

Répondant en commission à des questions de Marie-Martine Schyns (Les Engagés), Stéphanie Cortisse (MR) et Jean-Pierre Kerckhofs (PTB), la ministre a indiqué que pour déterminer quel suivi apporter dans la gestion des conséquences de ces événements pour les écoles concernées, la Direction Générale de l'Enseignement Obligatoire (DGEO) a réalisé un bilan très complet de la situation des établissements qui se sont déclarées impactés par ces inondations.

Pour l'enseignement fondamental ordinaire, 140 implantations s'étaient déclarées impactées à différents niveaux par les inondations. Parmi ces 140 implantations, 67 subissent une baisse de population scolaire. Les vérificateurs ont mis en évidence que la perte d'élèves était bien liée aux inondations pour 36 d'entre elles. Pour l'enseignement secondaire ordinaire, 33 écoles se sont déclarées impactées. Parmi celles-ci, neuf ont subi des pertes de population scolaire liées aux inondations.

Pour l'enseignement spécialisé, 4 implantations (1 du secondaire et 3 du fondamental) ont été touchées. Parmi les 3 implantations du fondamental, 2 subissent des pertes de population liées aux inondations. Sur base des échanges intervenus lors d'une réunion technique en présence de l'administration, des représentants des organisations syndicales, des FPO/WBE, et des cabinets, le gouvernement a pris des mesures pour continuer de soutenir, à la prochaine rentrée, les écoles concernées. Il a ainsi décidé d'octroyer automatiquement, pour toute l'année scolaire, aux 36 + 9 écoles/implantations de l'enseignement ordinaire identifiées comme en perte de population scolaire, la moitié de la perte d'encadrement qu'elles auraient subie; et de forcer le recomptage à la hausse quel que soit le pourcentage d'augmentation si la prise en considération du comptage du 30 septembre est plus intéressante que les périodes obtenues par dérogation.

Pour l'enseignement fondamental ordinaire, l'exécutif continuera à octroyer une décharge complète de classe à toutes les directions d'écoles avec charge de classe qui sont directement impactées par les inondations - qu'il y ait perte de population scolaire ou pas vu la charge de travail que la remise en état des bâtiments continue de représenter pour elles - pour toute l'année scolaire 2022-2023. Quatre écoles sont concernées. Autre décision: permettre d'adapter, durant le mois de septembre 2022, l'encadrement maternel de l'implantation concernée dès que le nombre d'élèves régulièrement inscrits permet d'obtenir un nouveau cadre plus favorable que celui attribué au 29 août prochain. Pour les 2 implantations de l'enseignement spécialisé en baisse de population scolaire, il est question de geler les chiffres au 29 août 2022 sur base de la population du 15 janvier 2021, et d'analyser le comptage au 30 septembre 2022.

Si la situation est toujours problématique au 30 septembre, le gel sur base de la population du 15 janvier 2021 sera confirmé pour toute l'année scolaire. Pour les 2 implantations qui ne subissent a priori pas de baisse de population, il a été décidé d'analyser le comptage au 30 septembre 2022, et d'appliquer le cas échéant le gel de population en reprenant les chiffres du 15 janvier 2021 s'il devait y avoir à ce moment une variation négative de 5% ou plus. Selon Caroline Désir, la situation à la rentrée 2022 des quelques écoles les plus en difficulté pourrait avoir été sous-estimée sur base des données disponibles actuellement. La DGEO a donc prévu de réexaminer ces situations avec une attention particulière dans le courant du mois de septembre 2022.