Daerden avance une première piste pour revoir les dotations aux réseaux scolaires

Daerden envisage de prendre 30 millions d’euros à Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) en 10 ans pour les partager entre les autres pouvoirs organisateurs.

Daerden avance une première piste pour revoir les dotations aux réseaux scolaires
©Belga

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles n’a pas le choix : il doit rééquilibrer les subventions qu’il attribue aux différents réseaux d’enseignement. Plus précisément, il doit garantir aux réseaux subventionnés (les écoles organisées par les villes, communes, provinces et les écoles libres confessionnelles et non confessionnelles) 75 % de la somme attribuée à WBE (les écoles organisées par la Fédération Wallonie-Bruxelles elle-même). C’est ce que prévoyaient en 2001 les accords de la Saint-Boniface, qui évoquaient toutefois une période transitoire d’une dizaine d’années pour y arriver.

Seulement, les choses ont beaucoup traîné. En 2019, le Parlement a même voté l’extension de cette période de transition pour vingt années de plus, jusqu’en 2038. Et là, le Segec (le Secrétariat général de l’enseignement catholique) a vu rouge. Il a introduit un recours devant la Cour constitutionnelle, qui lui a donné raison, sommant le gouvernement de rectifier son tir au plus tard pour la fin de l’année 2022.

On sait qu’il n’y a pas trente-six solutions : soit augmenter la dotation des réseaux subventionnés pour qu’ils rattrapent WBE, soit raboter la dotation de WBE pour réduire la différence.

Au Parlement, cette semaine, le député André Antoine (Les Engagés) a interrogé le ministre Daerden, figure centrale de ce dossier, pour savoir ce qu’il envisage exactement. Frédéric Daerden (PS) est effectivement à la fois ministre du Budget et ministre de tutelle de WBE.

"C’est de la roupie de sansonnet"

"Nous respecterons évidemment la date du 31 décembre, a répondu ce dernier. Avec la ministre Désir, nous avons fait passer en première lecture au gouvernement un avant-projet de décret qui prévoit de supprimer sur dix ans, progressivement, 30 millions d'euros à WBE et de les redistribuer entre les autres pouvoirs organisateurs." Pourquoi trente millions ? "Ce montant répond à la demande de la Cour constitutionnelle selon une estimation réalisée sur la base de nos nombreux calculs", a encore expliqué Frédéric Daerden.

De quoi faire bondir le député Les Engagés. "C'est trahir la vérité, de la roupie de sansonnet pour chacun, a rétorqué André Antoine, qui partait manifestement sur une addition bien différente. Ces 75 % devraient représenter quelque 442 millions d'euros aujourd'hui. Et encore, si vous appliquiez la clé flamande (ce qui ne serait que justice par rapport à la Constitution), soit 93 % dévolus au réseau de l'enseignement subventionné par rapport aux écoles de la Communauté flamande, vous devriez octroyer aux premiers 686 millions d'euros !" À suivre.