"L’université n’ouvre pas plus de portes que les hautes écoles"

La directrice de Vinci évoque le rôle sociétal de son école. Elle tord le cou à plusieurs préjugés et réclame des sous. Entretien.

"L’université n’ouvre pas plus de portes que les hautes écoles"
©JC Guillaume
Valérie Biéva est à la barre de la haute école Léonard de Vinci, l'un des gros établissements francophones du supérieur non universitaire. Présent sur trois campus avec plus de 8 000 étudiants et 1 000 membres du personnel, son offre compte 42 formations réparties dans trois secteurs : la santé, les sciences...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité