Des enfants "différents" ne reçoivent plus d’aide dans les écoles ordinaires

Le nouveau dispositif visant plus d’inclusion pour les élèves porteurs de handicap rate-t-il sa cible ? Les parents d’enfants avec un retard mental le dénoncent. La ministre Désir défend sa réforme.

Des enfants déficients intellectuels, qui recevaient une aide individuelle pour suivre leur scolarité dans une école ordinaire, se débrouillent seuls depuis la rentrée.
Des enfants déficients intellectuels, qui recevaient une aide individuelle pour suivre leur scolarité dans une école ordinaire, se débrouillent seuls depuis la rentrée. ©Johanna de Tessieres Johanna de
Ils s'appellent Nora, Maïssa, Joël, Guillaume, Léon, Loïc ou Juliette. En Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), ils sont une centaine de filles et de garçons porteurs de déficiences intellectuelles à suivre les cours avec les copains de leur âge. Ces enfants avec des difficultés cognitives légères (de type 1) ou modérées à sévères (type 2) bénéficiaient jusqu'ici...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité