"La crise a été révélatrice de notre retard par rapport à la numérisation des écoles. Plutôt que d'accuser le coup, il faut faire de cette crise une opportunité pour accélérer et amplifier le mouvement", a expliqué M. Jeholet (MR) aux journaux du groupe Sudpresse, en défendant l'idée de développer une école numérique.

Les élèves à ainsi équiper en priorité d'un PC portable ou d'une tablette - la formule doit encore être définie - sont tous les élèves, de la 3e à la 7e secondaire, soit 260.000 élèves.

Selon les deux ministres, cette priorité est liée aux codes couleurs mis en place pour la rentrée. Le passage d'une école en code orange impose en effet les cours à distance à partir de la 3e année du secondaire.

Le budget consacré à ce projet devrait être de l'ordre de 20 millions d'euros et des aides sont prévues pour soulager financièrement les parents qui devraient, au maximum, dépenser 75 euros par an, sans obligation, a pour sa part précisé M. Daerden (PS).

Le gouvernement souhaite plafonner le coût pour les parents à 75 euros par an. La piste privilégiée est celle d'un leasing. Les parents paient un montant annuel et la Fédération intervient à hauteur de 75 euros répartis sur l'ensemble des années de leasing.

"Cela doit encore être discuté mais on pourrait imaginer qu'à la fin des études, le matériel ayant 4 ou 5 ans, les élèves puissent le garder ou le racheter", a souligné M. Jeholet.

La Ligue des familles s'est pour sa part interrogée dans un communiqué sur la priorité pour l'enseignement que représente le fait de doter chaque élève de la 3e à la 7e secondaire d'un ordinateur.

"Cette initiative des ministres Jeholet et Daerden va encore alourdir la facture pour les parents alors qu'il y a bien d'autres priorités pour notre enseignement", a expliqué le chargé d'études de l'association, Maxime Michiels.