Une centaine d'élèves belges, de 16 à 18 ans, issus d'écoles francophones et néerlandophones des quatre coins du pays, ont participé jeudi à un voyage de mémoire dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Ce voyage, organisé chaque année lors de l'anniversaire de la libération du camp, par le War Heritage Institute en collaboration avec la Défense, était rempli d'émotion pour les participants qui ont découvert l'usine de mort nazie par excellence.

En matinée, les élèves et la délégation belge composée notamment de militaires, a découvert le camp d'Auschwitz I et sa machine destructrice. Le ministre de la Défense qui devait initialement se déplacer lors de ce voyage mémoriel a été retenu à Bruxelles.

Déambulant dans les bâtiments du complexe concentrationnaire, comme le font des milliers de visiteurs chaque jour sur les pas des martyrs du camp, les jeunes Belges ont été confrontés à la dure réalité des détenus qui ont y vécu, travaillé et péri par milliers.

Une visite de l'exposition permanente belge, installée dans un des bâtiments d'Auchwitz I faisait aussi partie de la visite. Cette exposition retrace la traque des Juifs en Belgique et leur déportation vers le camp de la mort.

Dans l'après-midi, la délégation belge a rejoint le camp d'Auchwitz II, appelé plus communément Birkenau, pour y découvrir le camp d'extermination proprement dit où plus d'un million de personnes dont une majorité de Jufs ont été exterminés.

Sous un soleil d'hiver et un sol boueux, l'hiver est plutôt clément cette année en Pologne, les élèves ont découvert les anciens baraquements des détenus et les ruines des chambres à gaz, démolies à la hâte par les Nazis à la fin de la guerre.

La journée s'est terminée par un dépôt de gerbes au nom de la Belgique au monument international des victimes d'Auschwitz.

La délégation belge a quitté Birkenau sous un pâle soleil d'hiver déployant sa lumière ocre sur cette nécropole de plus d'un million d'âmes.

© AFP