Annemie Schaus était l'invitée de "Jeudi en prime" sur le plateau de la RTBF pour faire le point sur la situation des étudiants. Elle s'est inquiétée du "malaise palpable" ressenti chez ceux-ci.

"Des étudiants sont venus en examen en présentiel alors qu'ils n'avaient pas étudié ou qu'ils n'étaient pas prêts, uniquement pour être entourés et discuter à la sortie avec des collègues", a-t-elle expliqué. "D'autres ont rendu des travaux où, au lieu d'effectuer le travail demandé, ils expliquent pendant cinq pages les difficultés qu'ils vivent".

Sur la question de savoir combien d'étudiants de l'ULB se trouvent en décrochage scolaire, la rectrice n'a pu réellement le déterminer. En revanche, celle-ci a pointé un chiffre : il y a un peu plus de 3.000 étudiants qui n'ont pas payé leur minerval alors qu'il est censé être payé à présent. "L'Université est en train de réaliser une enquête pour savoir combien sont en décrochage", a-t-elle précisé.

La rectrice de l'ULB a également appelé à s'appuyer sur les étudiants dans les processus de décisions : "Il ne faut pas croire qu'ils sont 'je-m'en-foutiste', loin de là. Ils sont tout à fait prêts à participer à des mesures de protection et de sécurité sanitaire."