Une femme rectrice dans l'enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles: on n'avait plus vu cela depuis 1990, quand Françoise Thys-Clément devenait la première rectrice de Belgique. Déjà à l'ULB.

"Les sept thématiques de mon programme s'articulent autour de mesures concrètes dont j'ai scripuleusement vérifié la finançabilité". Par ces mots, Annemie Schaus introduisait la présentation de son programme de candidate au rectorat de l'ULB. Elle l'a décroché ce mardi avec 42% des voix devant Pascal Delwit qui aurait obtenu une dizaine de pourcents de moins selon Le Soir. 

Annemie Schaus a 55 ans. Juriste spécialisée dans la protection des droits humains et des libertés fondamentales, cette ancienne vice-rectrice enseigne actuellement les droits et libertés et les intersections entre le droit interne et le droit international à la faculté de droit et criminologie, dont elle fut doyenne entre 2007 et 2011. Elle dit œuvrer pour "une université ouverte, solidaire et enthousiaste".