Le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts, souhaite conditionner le passage en première primaire à la réussite d'un test de connaissance du néerlandais, rapportent jeudi les journaux du groupe Mediahuis.

A partir du 1er septembre, l'âge de l'obligation scolaire passe de six ans à cinq ans. Le ministre avait déjà fait savoir il y a quelques mois qu'il voulait profiter de l'occasion pour instaurer ce test à la fin de la troisième maternelle. Les enfants qui maîtriseraient insuffisamment le néerlandais recevraient des cours de langue, voire devraient passer une année en immersion linguistique. M. Weyts fait un pas de plus, en n'autorisant pas un enfant de monter en première primaire si son niveau de néerlandais n'est pas satisfaisant.

Selon lui, les enfants disposeraient alors des "chances maximales" pour entamer les primaires.

Les réseaux d'enseignement rejettent le projet car il signifierait le redoublement de la 3e maternelle de certains élèves. "Des jeunes enfants ne sont pas aidés s'ils passent une année de plus dans la salle d'attente", fait-on remarquer dans le réseau organisé par la Communauté flamande.

L'idée a également été recalée par les partenaires de majorité de la N-VA. "Laissez un enfant être un enfant. Ce test linguistique en revient à un examen d'entrée et cela ne peut pas être le but", a réagi Loes Vandromme (CD&V).

"Ce n'est pas ce qui a été convenu, nous n'introduirons pas un examen d'entrée pour l'enseignement fondamental", a souligné Sihame El Kaouakibi (Open Vld).

Les libéraux ne rejettent toutefois pas l'idée d'un "screening" linguistique. "De cette manière, on dispose d'informations qui nous permettent d'adapter l'enseignement si nécessaire. Un trajet d'intégration linguistique au cours de la première année offrirait la possibilité d'améliorer sa connaissance du néerlandais", a ajouté la députée.

La version du projet qui circule actuellement n'est pas définitive, a assuré le ministre après la parution de l'article. Plusieurs dispositions sont encore en discussion.