Enseignement

Un rapport de 45 témoignages dénonçant ses pratiques de harcèlement moral et de fraude scientifique avait été remis au rectorat en 2002. Qui a renvoyé le chercheur...en 2016.

Très souvent, la révélation d’une affaire au sein d’une vénérable institution en réveille d’autres, plus anciennes. Le mois dernier, un rapport de 90 pages témoignant de nombreuses pratiques de harcèlement moral et physique menées par un noyau d’enseignants et assistants du département dentisterie est arrivé entre les mains du rectorat de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ce scandale a remis au jour une autre affaire délicate concernant l’ULB et le FNRS. Un dossier d’une centaine de pages explique ainsi comment un professeur de l’ULB a, entre 2002 et 2016, bénéficié d’une protection de la part de l’université et du Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS) pour lesquels il travaillait.

La liste des griefs à son encontre est longue. Certains se jouent désormais devant les tribunaux.

(...)