L'Université de Liège (ULiège) et l'Université libre de Bruxelles (ULB) n'organiseront pas d'examens avec présence physique cette année en raison de la crise du coronavirus, ont indiqué dimanche les porte-parole respectifs des deux établissements à l'agence Belga, confirmant une information de Sudpresse dévoilée samedi soir.

Les examens pourront prendre différentes formes pour les 23.000 étudiants de l'ULiège: oraux ou questions à choix multiples à distance, questions ouvertes, travaux à remettre, etc. "Il s'agit d'une décision définitive du recteur Pierre Wolper", a précisé Didier Moreau.

"Il n'y a plus de sens à planifier une session d'examens en envisageant du présentiel qui, de toute façon, serait masqué et distancié et se déroulerait dans une ambiance d'anxiété décuplée à chaque quinte de toux ou éternuement", a écrit le recteur aux membres de l'établissement universitaire.

Le calendrier de la session reste celui fixé initialement, à savoir du 11 mai au 30 juin. "Elle comprendra toutefois au début une semaine de battement pour que les enseignants puissent préciser les modalités à leurs étudiants, répondre à leurs questions, tester les dispositifs à distance, etc.", a ajouté le porte-parole.

Quant à l'ULB, qui compte près de 32.000 étudiants, "il n'y aura pas de présentiel" non plus et "cela concerne toutes les facultés et tous les cours", a confirmé Isabelle Pollet d'après une décision communiquée à l'ensemble du corps académique vendredi. Les modalités des examens seront annoncées par les professeurs le 27 avril prochain, "date définie par l'ULB sur la base de la note d'orientation du gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles", a-t-elle conclu.

L'Université de Hasselt (UHasselt) a été la première à annoncer, la semaine dernière, la tenue des examens à distance.