"J’ai rencontré ces derniers jours les experts sanitaires mandatés par le Gouvernement fédéral ainsi que les fédérations de pouvoirs organisateurs, les organisations syndicales et les fédérations d’associations de parents afin de faire le point sur la situation dans les écoles et sur les perspectives pour les semaines suivant le congé de carnaval" , explique la ministre de l'Education (PS) ce mardi par circulaire.

"Les cas de contaminations et les mises en quarantaine ont globalement augmenté dans les écoles ces dernières semaines, mais le phénomène est resté contenu à un niveau proche de celui du mois de septembre dernier, à l’exception de quelques foyers plus aigus au plan local." Les chiffres s’expliquent en outre partiellement par les protocoles plus stricts édictés sur base des recommandations de Sciensano.

Le niveau de circulation du virus reste élevé

Le niveau de circulation du virus dans la société reste élevé et il est toujours impossible d’énoncer la moindre certitude quant à l’évolution de l’épidémie dans les semaines à venir. Par ailleurs, les experts restent inquiets de l’expansion de nouveaux variants du Covid-19. De nombreuses incertitudes entourent encore ces variants et des études sont en cours dans tous les pays touchés.

"A ce stade, aucun élément ne permet de remettre en question l’observation selon laquelle les enfants semblent être moins sensibles à l'infection et, lorsqu'ils sont infectés, moins susceptibles de transmettre le virus que les enfants plus âgés et les adultes, mais la contagiosité des variants reste une source de préoccupation pour toutes les tranches d’âge" , lit-on dans la circulaire. "Ce contexte appelle à une vigilance renforcée et ne permet pas d’envisager d’assouplissement significatif dans les normes en vigueur."

Dès lors, en accord avec les experts sanitaires et les acteurs institutionnels de l’enseignement, Caroline Désir a décidé de maintenir les conditions actuelles (code rouge) pour la reprise et jusqu’au 26 février minimum. Cette date correspond en effet au prochain Comité de concertation. Cette solution s’inscrit dans une optique de prudence sanitaire. Une évaluation sera faite, avec les experts sanitaires immédiatement après le congé de carnaval afin de suivre au plus près l’évolution de l’épidémie.

"En cas de modification dans les normes, un temps d’adaptation sera évidemment laissé aux écoles."

Vers un retour partiel au présentiel à 100% avant les vacances de Pâques

Enfin, concernant l'enseignement hybride en fin de secondaire, la ministre assure qu'elle souhaite permettre, le plus rapidement possible, et au moins partiellement avant le congé de Pâques, le retour à 100% en présentiel d’un maximum d’élèves dans des conditions optimales de sécurité.

Un nouveau contact avec les experts est prévu à la sortie du congé de carnaval afin d’aborder avec eux un schéma de sortie progressive de l’hybridation, qui sera ensuite concerté avec les acteurs de l’enseignement. "Enfin", conclut la ministre, "j’ai également demandé aux experts d’étudier la possibilité de permettre une reprise des activités d’éducation physique et sportive moyennant la mise en place d’un protocole précis. J'y reviendrai ultérieurement."