Toutes les universités francophones du pays (ULiège, l'UCLouvain, ULB, UMONS, UNamur et l'Université de Saint-Louis) ont décidé de fermer leurs auditoires de ce vendredi 13 mars jusqu'au 18 avril inclus. Les établissements précisent bien qu'ils restent ouverts, mais qu'ils réduisent les activités sur les campus afin d'améliorer la protection des étudiants et des membres du personnel.

Les cours en auditoire sont remplacés par de l’enseignement à distance au moyen d'outils virtuels : podcasts, cours filmés en direct, notes en ligne…

Les activités non essentielles aux missions d’enseignement et de recherche sont reportées ou annulées.

Des particularités dans chaque université

Les modalités pratiques sont déterminées dans chaque institution en fonction de leur situation spécifique.

Du côté de l'ULB, "les travaux pratiques, exercices et laboratoires sont maintenus, sauf exception communiquée par les secrétariats facultaires". Les activités de recherche peuvent se poursuivre tandis que le télétravail est privilégié pour les membres du personnel. Les réunions non-essentielles sont supprimées.

L'UCLouvain, quant à elle, précise que cette mesure "concerne toutes les activités d’enseignement, y compris les cours en auditoire, les travaux pratiques, les séminaires et les évaluations. Les activités d’apprentissage à distance remplaceront les activités d’enseignement en présentiel". Le personnel est, lui, invité à faire du télétravail, à éviter les réunions non essentielles et à adapter ses horaires.

Les bibliothèques, les restaurants universitaires et les salles informatiques de l’UCLouvain restent ouvertes jusqu’à nouvel ordre mais des restrictions seront appliquées quant au nombre de personnes qui peuvent être présentes simultanément.

A l'Université de Namur, des "pools informatiques seront ouverts, avec des précautions sanitaires particulières, aux étudiants qui n'ont pas la possibilité technologique de suivre les cours à distance", détaille Annick Castiaux, vice-rectrice à l'enseignement. Cet accès ne sera possible que sur réservation et avec la preuve de l'incapacité technique de suivre les cours virtuels. Les laboratoires restent ouverts aux chercheurs. "Chaque unité doit réfléchir à la continuité de son service", précise-t-elle.

L'Ihecs, qui ne participait pas à cette réunion entre universités, a décidé d'appliquer des mesures similaires : elle dispense tous les cours à distance à partir du lundi 16 mars et ce jusqu’à nouvel ordre à l’exception des ateliers à l’intérieur et à l’extérieur de l'établissement ainsi que les stages.