Plus tôt dans la journée, on a appris que les sept étudiants impliqués dans l'affaire sont expulsés de l'université. Ils ne seront pas autorisés à s'inscrire à la KU Leuven pendant un certain nombre d'années, et certains sont renvoyés à titre définitif. Par l'intermédiaire de son avocat, la mère de Sanda Dia fait également savoir que cette décision ouvrira les yeux des autres élèves, avant qu'ils ne commencent à être baptisés. Elle se dit également heureuse de ne pas être un juge ou un recteur qui doit prendre une telle décision. "Il n'y a aucune punition ou mesure qui fera revenir Sanda", a déclaré Me Pepermans.

L'étudiant ingénieur Sanda Dia est décédé en décembre 2018 lors d'une activité de baptême organisée par le cercle étudiant Reuzegom à Vorselaar. La KU Leuven a mené une enquête disciplinaire en 2019. Les étudiants impliqués se sont vus tenus, "sur la base des informations disponibles à l'époque", de s'acquitter d'un service social à la communauté et ont dû rédiger un article. Des critiques s'étaient alors élevées dans divers milieux parce que ces mesures disciplinaires étaient jugées trop légères.

La KU Leuven a ouvert une nouvelle enquête disciplinaire en septembre, après s'être constituée partie prenante au dossier et a demandé et obtenu l'accès au dossier pénal. "Celui-ci s'est avéré contenir de nouveaux éléments que l'université ne possédait pas auparavant et qui sont contraires à notre norme disciplinaire", explique le vice-recteur de la politique éducative Tine Baelmans.

Avec la détermination finale des sanctions, la procédure disciplinaire à la KU Leuven est maintenant complètement terminée.