Une cinquantaine de participants se sont installés, dans le respect des règles sanitaires du code orange, dans un des auditoires Socrate de Louvain-la-Neuve. Les organisateurs estiment que la règle actuelle autorisant 20% d'étudiants en présentiel est difficile à organiser et ne sert pas à grand-chose dans les faits. L'action n'était pas menée au nom d'une association d'étudiants, mais résulte d'initiatives individuelles pour interpeller la ministre de l'enseignement supérieure de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny. Les participants demandent un retour d'au moins 50% des étudiants en présentiel. Pour certains d'entre eux, la règle des 20% leur permet d'assister à seulement 2 heures de cours en présentiel par semaine, ce qui n'a pas trop de sens sur le plan pédagogique, et ne répond pas au problème de santé mentale des étudiants.

"Les professeurs font vraiment ce qu'ils peuvent mais l'enseignement à distance n'offre pas la même qualité. Notre message, c'est de montrer que les étudiants sont prêts à revenir dans les auditoires. Leur fermeture n'a pas eu une influence importants sur la propagation du virus et de toute façon, aujourd'hui, les étudiants sont de retour dans les kots, et les campus se sont repeuplés. C'est aussi un peu difficile à avaler d'avoir eu des examens en présentiel, puis de devoir continuer les cours en distanciel", indiquent les initiateurs de l'action à Louvain-la-Neuve, Sarah Samain et Gilles Pirotte.