Une réunion s'est tenue vendredi matin entre les autorités bruxelloises et les représentants de l'enseignement de la capitale afin d'examiner si des mesures supplémentaires doivent être prises dans les hautes écoles et universités pour faire face à la pandémie du coronavirus. Résultat: le code jaune est maintenu mais la sensibilisation sera renforcée. "La majorité des institutions ne désiraient pas de changement de couleur et les bourgmestres ont souhaité, dans l'attente du baromètre notamment, ne pas passer au code orange", a précisé le cabinet du ministre-président de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort. La concertation régionale s'est en effet déroulée en présence des bourgmestres des 19 communes bruxelloises.

Le code jaune a été maintenu pour "préserver le lien entre les étudiants et leurs professeurs, ainsi qu'entre les étudiants", a expliqué à Belga Nicolas Dassonville, du cabinet de la rectrice de l'Université libre de Bruxelles. Ainsi, les modalités en vigueur pour les cours ne changent pas, mixant distanciel et présentiel. "Pour les cours, rien ne change car on estime que ce n'est pas là que les contaminations ont lieu", a souligné Emilie Flament, porte-parole l'Université Saint-Louis Bruxelles. "Les mesures sont bien respectées par les étudiants."

Les acteurs de l'enseignement supérieur bruxellois et les autorités ont toutefois convenu que chaque établissement devait réfléchir aux mesures qu'il pouvait prendre pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus. L'accent sera d'autant plus porté sur la sensibilisation des étudiants. "Nous avions déjà une série de messages diffusés mais nous planchons sur des campagnes supplémentaires", a indiqué M. Dassonville, pour l'ULB.

L'université bruxelloise a en outre décidé de fermer les lieux de convivialité destinés aux étudiants depuis jeudi matin. "Les lieux de rassemblement des cercles et associations étudiantes ont été fermés à la rentrée et nous avions installé à la place de grandes tentes, qui pouvaient accueillir au maximum 400 personnes en extérieur. Au vu de la décision de la Région bruxelloise de fermer les bars et les cafés, nous avons décidé de fermer ces lieux de convivialité", a signalé Nicolas Dassonville. Une série d'événements jugés "non essentiels" a également été annulée.

Du côté de l'Université Saint-Louis, "les fêtes sont de toute façon bannies mais pour des activités comme un cinéclub ou des sorties culturelles, c'était jusqu'ici possible, sur autorisation de la vice-rectrice aux affaires étudiantes", a expliqué Mme Flament. Une réunion se tiendra lundi entre le recteur Pierre Jadoul, la vice-rectrice aux affaires étudiantes et des représentants des étudiants pour examiner si de nouvelles règles doivent être prises pour ces activités culturelles.

Pour rappel, du côté francophone, on compte 47 établissements répartis en trois universités (l’ULB, Saint-Louis-Bruxelles et le campus de l’UCLouvain à Woluwe), 8 hautes écoles (dont la haute école Galilée avec notamment l’Ihecs, la H2b et Léonard de Vinci), huit écoles supérieures des arts et 28 établissements de promotion sociale.