Il devait avoir lieu le 28 août et réunir environ 4.000 étudiants au Palais du Heysel. Ce ne sera finalement pas le cas. 

Valérie Glatigny (MR), la ministre de l'Enseignement supérieur a décidé, en concertation avec les organisateurs, qu'il était plus sage de décentraliser l'examen dans plusieurs lieux afin d'éviter que plus de cent étudiants doivent le passer au même endroit. La ministre a également souligné un deuxième avantage : "Cela permettra aussi aux étudiants d’effectuer des déplacements plus proches de leur domicile et donc plus courts que s’ils avaient dû tous rejoindre Bruxelles le 28 août." De plus, "la concentration de moins d’élèves au même endroit est une autre nouvelle qui devrait les soulager".

Si les détails pratiques doivent encore être peaufinés, il faudra trouver environ 40 lieux afin de pouvoir satisfaire les exigences sanitaires. Un appel pourrait être lancé aux salles de sport. 

La deuxième session du 12 septembre, elle, ne pose pas de problème. Il avait déjà été décidé qu'elle se déroulerait de manière décentralisée.