Enseignement L'examen d'entrée pour les études en médecine et en dentisterie affiche un taux de réussite de 15,47%, selon les chiffres de l'Ares.

Après délibération, 547 candidats et candidates ont été proclamés lauréats par le Jury, soit un taux de 15,47 %. Il leur fallait obtenir une moyenne d’au moins 10/20 pour chacune des 2 parties ainsi qu'un minimum de 8/20 pour chacune des 8 matières. 109 d’entre eux sont des "non-résidents", soit 20 % des lauréats. Leur nombre étant inférieur à 30 % des réussites, il n'a pas été nécessaire de procéder au classement prévu par la législation pour les départager le cas échéant.

Taux de réussite inférieur à l'année passée

"Le taux de réussite est légèrement inférieur à ceux des éditions de 2017 et 2018 où il avoisinait les 18 et 20 %. On constate d’autres tendances proches de celles des années précédentes : les résultats sont nettement meilleurs pour les candidats médecins que pour les candidats dentistes, tout comme ils sont aussi meilleurs pour les candidats résidents en Belgique par rapport à ceux venant de l’étranger. On observe aussi que la deuxième partie de l’épreuve relative à la communication et à l’analyse critique de l’information est en moyenne mieux réussie que la première (matières scientifiques)", commente Julien Nicaise, Administrateur de l’ARES.

Environ 20 % présentait une nouvelle fois l’examen après l’avoir déjà passé en 2017 ou en 2018, deux tiers étaient des candidates, et un peu plus d’un tiers venait de l’étranger pour l’occasion (les « non-résidents »).

Les compétences étaient évaluées dans 4 matières formant la partie scientifique (chimie, biologie, physique, mathématiques), et dans 4 matières formant la partie relative à la communication et à l’analyse critique de l’information (raisonnement, communication, éthique, empathie).

Une nouvelle épreuve en septembre

Une seconde épreuve est attendue le 4 septembre 2019. 

"Il faudra attendre les résultats de l’épreuve de septembre prochain pour pouvoir tirer des conclusions mais on constate pour juillet 2019 un nombre de lauréats non-résidents encore plus élevé que précédemment puisqu’ils ont franchi la barre des 100 lauréats cette fois, illustration de la très grande attractivité de l’enseignement supérieur belge francophone en général, et pour les domaines médical et paramédical en particulier. Illustration aussi qu’une part conséquente des futurs médecins et dentistes que nous formons dans nos universités retourneront dans leur pays d’origine une fois diplômés. À noter également, une diminution du nombre de lauréats en dentisterie par rapport aux éditions de 2017 et 2018 avec seulement 39 réussites cette fois. Enfin, on observe un résultat moyen légèrement plus favorable pour les candidats masculins par rapport aux candidates féminines, mais cette différence entre les deux est relativement faible et peut être induite par le seul fait des hétérogénéités de taille et de caractéristiques entre les deux échantillons considérés puisqu’il y avait deux fois plus de candidates que de candidats au départ ", explique Julien Nicaise.