L'université d'Anvers exhorte ses étudiants à ne pas suivre certaines nouvelles directives du Conseil national de sécurité. Selon l'UAntwerpen, avoir cinq contacts étroits par mois et par personne n'est pas une bonne idée, notamment parce que les contaminations au coronavirus repartent à la hausse au sein de la jeune population adulte.

Le recteur Herman Van Goethem invite ainsi les étudiants à "limiter les contacts étroits en dehors de l'environnement familial", leur explique-t-il dans un mail. L'appel est cosigné par les professeurs Herman Goossens, Pierre Van Damme et Erika Vlieghe, et par Guy Hubens, doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé.

Le code orange est toujours en vigueur au sein de l'établissement, ce qui signifie que la capacité des auditoires est limitée à 20%. "Par ailleurs, nous recommandons fortement de respecter la distance de sécurité d'1,5 mètre entre chacun, en dehors des salles de classe, mais également de porter des masques buccaux lorsque vous ne pouvez pas maintenir cette distance", précise encore le recteur.

D'autres universités suivent le pas

Deux autres universités du nord du pays, l'UGent et l'UHasselt, ont fait savoir qu'elles avaient passé la même consigne à leurs étudiants. "Le CNS a pris de nouvelles décisions dans le but d'un assouplissement, comme pour la règle des 5 personnes par mois que l'on peut désormais voir sans masque et sans garder ses distances", a écrit le recteur de l'UHasselt, Luc De Schepper, comme le rapporte De Morgen. "En tant qu'université, cela nous préoccupe vraiment."

Le recteur de l'université de Gand avait, pour sa part, déjà fait connaître son mécontentement ce mercredi 24 septembre quant aux mesures assouplies présentées par Sophie Wilmès.

Les francophones sont moins catégoriques

Côté francophone, on n'en est pas là. Par mail, Saint-Louis-Bruxelles et l'UNamur ont quand même rappelé à leurs étudiants de rester prudents et mis en garde contre tout relâchement. Même démarche à l'UCLouvain. "Nous avons envoyé un message à tous nos étudiants ce jeudi", rapporte le recteur Vincent Blondel, "pour leur demander de continuer à observer des comportements responsables, à l'université et en dehors." A l'ULB, on nous explique suivre strictement les recommandations du Conseil de sécurité. Tandis qu'à l'ULiège, le recteur Pierre Wolper répond: "Non, nous n'allons pas recommander à nos étudiants la même chose que quelques universités flamandes. L’essentiel n’est pas que les mesures soient plus strictes, mais qu’elles soient strictement respectées. C’est à cela que nous appelons nos étudiants en comptant sur leur vigilance et leur sens des responsabilités."