Les étudiants de première année de premier cycle ont terminé leurs études dans l’enseignement secondaire dans un contexte de crise sanitaire, et ils ont commencé leurs parcours universitaires à distance. Or, la transition entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur est une période charnière pour permettre aux étudiants de développer leur autonomie et s’inscrire dans un parcours de réussite. “Il est essentiel de soutenir les étudiants de Bac 1 qui se trouveraient en difficultés pédagogiques à l’issue de la session d’examen de janvier”, a souligné la ministre. Ces fonds permettront aux établissements d’enseignement supérieur de proposer des activités supplémentaires de remédiation, des tutorats, des sessions d’exercice en petit groupe. Au besoin, les établissements pourront proposer des contrats notamment à des étudiants et/ou des assistants pour assurer la mise en place de ces dispositifs, permettant ainsi du même coup à des jeunes de limiter l’impact d’une perte de job d’étudiant.

Un soutien financier supplémentaire pour les étudiants via les subsides sociaux

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles poursuit également son soutien aux étudiants impactés financièrement et psychologiquement par la crise sanitaire. À l’initiative de la ministre Glatigny, les subsides sociaux accordés aux établissements ont été renforcés d’un nouveau montant de 2,285 millions d’euros. Ces fonds permettent aux étudiants en difficulté de bénéficier d’une aide directe et individualisée, que ce soit pour les études, les repas, les loyers, les frais de déplacement, les frais informatiques ou des consultations psychologiques par exemple.