Afin de répondre aux demandes des hôpitaux, notamment universitaires, des maisons de repos et des autorités régionales, Valérie Glatignt annonce qu'une circulaire facilitant la mise à disposition des étudiants, et en particulier ceux de bloc 3-4 (3e et 4e année) et de spécialisations, était actuellement en cours d'élaboration.

"L'objectif est de permettre aux étudiants de renforcer la première ligne, soumise à une pression croissante, tout en développant des compétences adaptées à la crise sanitaire dans un encadrement pédagogique adéquat", explique Mme Glatigny.

A l'occasion d'une réunion jeudi avec les acteurs de l'enseignement supérieur, celle-ci a également rappelé que tous les stages infirmiers, médicaux et paramédicaux étaient bien maintenus dans les hôpitaux et les maisons de repos pour les étudiants.

Par ailleurs, les étudiants en soins infirmiers ont toujours la possibilité de se porter volontaires pour renforcer les équipes de soins.

"Leurs heures de volontariat peuvent être valorisées comme des heures de stage, à condition toutefois que la nature du travail effectué corresponde à ce qui est requis pour le stage et qu'il existe un encadrement pédagogique suffisant", précise la ministre.

Celle-ci reverra les acteurs lundi pour régler des questions spécifiques liées à l'organisation des stages.