Qu’est-ce qui va se passer dans les écoles si un élève présente des symptômes de covid-19 ? Ou si un ou plusieurs cas sont avérés ? Un protocole très détaillé a été élaboré pour toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il a été présenté jeudi, à quelques jours de la rentrée des classes, et a fait l’objet d’une circulaire envoyée dans toutes les écoles. Les PSE (services de promotion de la santé à l’école) et les CPMS (centres psycho-médico-sociaux) sont les acteurs centraux de la gestion de l’épidémie dans les collectivités d’enfants. C’est pourquoi c’est l’ONE qui a élaboré le document, sur base des dernières informations et recommandations scientifiques.

Une chose apparaît clairement : des cas d’infection, même avérés, n’entraîneront plus de fermetures d’écoles comme on en a connu avant les vacances. Seules des classes seront éventuellement écartées. Mais cette mesure ne sera prise que dans deux circonstances.

1 Si au moins deux cas sont confirmés en deux semaines dans la même classe

C’est ce qu’on appelle un cluster. Si deux personnes d’une même classe sont infectées en deux semaines, la classe sera fermée pour deux semaines et tous les élèves devront être testés. C’est valable pour le maternel, le primaire et le secondaire.

2 Si un enseignant est déclaré positif

La règle diffère en fonction du niveau d’enseignement. Si un enseignant est déclaré positif en maternelles, toute la classe sera fermée pour deux semaines. C’est le seul autre cas de figure, avec celui qui précède, où un groupe complet sera écarté. À l’école maternelle, les instituteurs ont une plus grande proximité physique avec leurs élèves, ce qui augmente les risques. Ils sont aussi les seuls enseignants à ne pas devoir porter le masque en classe.

Si la personne infectée travaille dans l’enseignement primaire ou secondaire, il n’y a ni test ni quarantaine si la distance d’1,5 mètre a bien pu être respectée par l’enseignant. On parle alors de “contacts à bas risque”.

3 Si un élève est déclaré positif

Dans le maternel et le primaire, un élève infecté est bien sûr écarté mais ni les autres élèves de la classe ni les enseignants ne doivent être testés ni observer une quarantaine. Le protocole les considère comme “des contacts à bas risque”. Il convient seulement d’observer l’apparition éventuelle de symptômes pendant deux semaines. C’est pareil dans le secondaire, si la distance d’1,5 mètre a été respectée.

Par contre, si tel n’a pas été le cas pendant plus de quinze minutes, on parle de “contacts à haut risque”. Tout le monde doit alors être testé. Après un test négatif, l’élève revient en classe sur base de l’évolution de son état de santé déterminée par son médecin.

À tous les niveaux d’enseignement, les équipes PSE ou les directions informent les parents si leur enfant a été en contact étroit avec un cas confirmé.

4 Quand un élève infecté peut-il revenir en classe ?

Quel que soit son niveau, un cas avéré de covid est isolé à la maison. Il ne sera autorisé à revenir en classe que 7 jours après l’apparition des symptômes, s’il n’a pas de fièvre depuis trois jours et si son état s’est amélioré le cas échéant.

5 Que se passe-t-il si l’élève est en contact avec un cas positif à la maison ?

Si un enfant de l’école maternelle fréquente un cas avéré de covid à la maison, il ne doit pas être testé. Il est seulement mis en quarantaine et pourra revenir avec les autres 14 jours après son “contact à haut risque” ou 14 jours après la fin de l’isolement à domicile de ce dernier.

En primaire et en secondaire, par contre, le test est obligatoire.

6 Qu'arrive-t-il quand des symptômes apparaissent ?

L’enseignant ou l’élève présentant des signes cliniques doit rester chez lui (ou y rentrer si les symptômes apparaissent à l’école). Il doit contacter son médecin traitant.

En primaire et en secondaire, les élèves doivent faire un test et rester chez eux jusqu’au résultat. Pour les plus petits, c’est le médecin traitant qui détermine si un test doit être effectué et atteste que la santé de l’élève lui permet de revenir en classe.

7 Et si un élève ou un prof revient d’une région ou d’un pays déclaré zone rouge ?

C’est à l’école comme partout ailleurs. Chacun doit respecter les règles élaborées par les Affaires étrangères. Au retour de zones rouges, c’est la quarantaine et le test obligatoires.