La ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR), a convoqué une réunion, ce jeudi 15 octobre, avec plusieurs représentants du secteur. Il s’agissait de préparer l’échange planifié ce vendredi 16 avec l’ensemble des acteurs pour décider des changements à apporter dans les mesures en place afin de lutter contre la propagation de la pandémie.

Un consensus s’est dégagé pour basculer du code jaune à l’orange dès le lundi 19 octobre. Objectif: limiter le nombre d'étudiants sur les campus.

Les modalités pratiques du code orange tel qu'il sera appliqué doivent encore être précisées. Le protocole en vigueur depuis septembre prévoit qu’en code orange, 20% des cours se donnent en présentiel et 80% à distance. Mais il pourrait être adapté.

Priorité aux premières années et aux cours pratiques

Une priorité devrait être accordée aux étudiants de première année pour leur permettre de venir plus que les autres en auditoires afin de ne pas casser leurs efforts d’intégration.

Autre piste d’aménagement: les travaux pratiques et laboratoires devraient eux aussi être privilégiés. C’est particulièrement important dans certaines filières universitaires (kiné, dentisterie, vétérinaires, médecine, ...) et non-universitaires (dans les écoles supérieures des arts par exemple).

Les représentants des universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts ainsi que les syndicats et les représentants des étudiants se retrouvent ce vendredi matin autour de la ministre pour affiner les détails de mise en place de ces modifications.

A noter que celles-ci pourraient encore être adaptées (ne fût-ce que localement) après le Comité de concertation également planifié par le Premier ministre Alexander De Croo, plus tard dans la même journée.

On se souvient que, la semaine passée, l’enseignement supérieur francophone plaidait pour ne rien changer, alors que plusieurs universités flamandes durcissaient déjà la ton. L'UGent a d'ailleurs annoncé, ce jeudi, qu’elle passait en code rouge! Côté francophone, on indique que le changement de position est guidé par l'évolution de la situation sanitaire.