Une délégation du Comac, le mouvement étudiant du PTB, a déposé vendredi au cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny, une pétition de quelque 10.000 signatures réclamant le remplacement des examens certificatifs par des évaluations formatives pour cette session.

La délégation déplore cependant de ne pas avoir été reçue. Pour le Comac, les évaluations formatives permettraient à tous les étudiants de valider cette session. Ceux ayant des résultats trop faibles seraient amenés à suivre des remédiations l'année suivante afin de s'assurer de l'acquisition de la matière.

"Sur base de témoignages et d'études menées par l'ULB et la Fédération des Etudiants francophones (FEF), on se rend compte que ce sont surtout les étudiants les plus précaires qui ont eu des difficultés pour cette session", remarque Octave Daube, responsable du Comac.

"Un quart n'a pas l'espace chez soi pour étudier au calme, un 5e est en décrochage scolaire total, d'autres vivent dans le stress d'avoir perdu les emplois qui financent leurs études, des problèmes informatiques... Cette session ne peut donc certifier que l'augmentation des inégalités", estime le mouvement étudiant.