Le texte, qui a été approuvé par la majorité arc-en-ciel et l'opposition PTB, demande aussi à l'exécutif de soutenir la mise sur pied, avant la fin de cette législature (en 2024), d'un projet-pilote en ce sens dans un certain nombre d'établissements scolaires.

L'opposition cdH et DéFI, qui avait déposé fin 2020 sa propre résolution appelant le gouvernement à financer sans délai la mise à disposition de ces protections dans toutes les écoles de la FWB, n'a pas soutenu la résolution de la majorité.

"Votre niveau d'ambition est vraiment rikiki", a justifié le député cdH Benoît Dispa, citant diverses initiatives plus ambitieuses adoptées récemment à l'étranger en la matière.

"C'est une première étape...", a répliqué Delphine Chabbert (PS) pour la majorité.

La résolution devrait être soumise à l'approbation de la séance plénière du Parlement sous quinzaine.

L'Ecosse a décidé en novembre dernier d'assurer la distribution gratuite de protections périodiques à toutes les femmes qui en ont besoin.

La France a annoncé le mois dernier la mise à disposition gratuite dès septembre prochain de protections dans tous ses établissements supérieurs pour lutter contre la précarité menstruelle.