Tous les étudiants en médecine qui seront diplômés en 2020 seront autorisés à entamer une spécialisation ou une formation en médecine générale, a annoncé samedi la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open VLD).

Pour Valérie Glatigny (MR), la ministre francophone de l’Enseignement supérieur, "cette annonce est une excellente nouvelle pour les étudiants en médecine qui ont investi toute leur énergie dans leur formation. Un étudiant qui a réussi son examen d’entrée et suivi l’ensemble de sa formation doit pouvoir exercer sa profession". Pour la ministre francophone : "Dans un contexte de crise sanitaire et de pénurie pressentie de médecins généralistes et de certains spécialistes en Fédération Wallonie-Bruxelles, cette décision est importante pour les patients. En effet, la qualité des soins dépend aussi de l’offre de médecins. Or, l’âge moyen des médecins exerçant en Fédération Wallonie-Bruxelles est élevé, et il faut pouvoir remplacer ceux qui partent à la retraite."

La situation de l’offre médicale

Afin d’objectiver la situation de l’offre médicale sur le terrain, Valérie Glatigny précise qu’elle travaille à la création d’une commission de planification en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le texte destiné à la création de cette commission sera déposé au gouvernement d’ici la fin de l’année.

La décision de la ministre De Block a fait réagir le prédécesseur de Valérie Glatigny, le socialiste Jean-Claude Marcourt. "Après des années de combat le gouvernement fédéral octroie les numéros Inami à tous les étudiants." Pour celui qui occupe désormais la présidence du Parlement wallon, "c’est un premier pas ; insuffisant. Il faut désormais supprimer les quotas".