La question des déplacements des élèves pourrait peser dans la balance.

Le débat fait rage actuellement: faut-il oui ou non rouvrir les établissements scolaires en Belgique ? Même si la Première ministre, Sophie Wilmès, n'a nullement parlé d'une telle possibilité avant le 3 mai, les spéculations vont bon train et inquiètent certains parents. "Peut-on garantir la sécurité des enfants ?", s'interroge une mère de famille sur RTL. L'un des soucis relevés par les parents concerne les transports en commun. En effet, qui dit retour sur les bancs de l'école dit retour de certains enfants dans les bus et métros. Si, pour le patron du TEC, Stéphane Thiery, les transports en commun seraient capables d'accueillir à nouveau les bambins, la règle de la distanciation sociale, elle, rendrait impossible la prise en charge de tous les élèves. " Pour le moment, 1,5 mètre c’est 5 personnes dans un bus standard, 12 dans un articulé et 5 dans un tram", a détaillé M. Thiery sur le plateau de RTL. Si les établissements scolaires rouvrent, on sera dans l’incapacité d’amener tous les jeunes à l’école". Les TEC assurent par jour le transport de 30.000 élèves du primaire et de 230.000 élèves du secondaire.

La problématique des transports pourrait avoir un impact sur le retour en classe. Selon le microbiologiste Herman Goossens (Université d'Anvers), il faut impérativement en tenir compte et favoriser dès lors la réouverture de certaines écoles avant d'autres. " C’est pour ça que je pense qu’il faut commencer avec les écoles primaires puis les écoles secondaires. Ils prennent beaucoup plus les transports en commun. Il y a donc plus de risques, a conclu le scientifique, estimant toutefois qu'il fallait "dédramatiser" ces risques.

Le centre national de sécurité se réunira une nouvelle fois ce vendredi 24 avril. Les discussions se concentreront exclusivement sur le déconfinement de la Belgique. Des réponses devraient alors être apportées sur la réouverture des établissements scolaires. Quand, mais surtout comment serait envisagé le retour en classe des élèves du maternelle, primaire et secondaire. Sophie Wilmès se prononcera lors d'une conférence de presse après la réunion du CNS.