Sébastien Lebbe est cofondateur de Wooclap, une entreprise belge qui développe des outils d’apprentissage numériques. Sa plateforme interactive Wooclap très appréciée au sein des universités, est utilisée par 200 000 professeurs. "Beaucoup de professeurs nous contactent depuis quelques jours pour avoir de l’information sur la manière de poursuivre les cours alors que les universités et les écoles sont fermées", nous explique Sébastien Lebbe. Or, Wooclap est avant tout un outil en ligne destiné à contrôler le niveau des connaissances, en rendant les cours plus interactifs puisque les profs peuvent vérifier cela en posant des questions auxquelles les étudiants répondent sur leurs smartphones ou leurs ordinateurs. "Nous avons donc avancé le lancement d’une nouvelle plateforme, Wooflash, dédiée à l’enseignement à distance. Elle est basée sur les bonnes pratiques issues des neurosciences, et sur des outils d’intelligence artificielle".

Un outil performant et gratuit

Et, ça coûte combien ? "On n’a pas de business model à ce stade", explique le jeune ingénieur belge. "Pour l’heure, nous voulons surtout répondre à une urgence, à la demande des professeurs". Pratiquement, il suffit de visiter le site, de remplir une demande, pour recevoir un mail d’accompagnement. L’utilisation de la plateforme est aisée, nous assure Sébastien Lebbe. Mais des formations en ligne sont assurées.

© D.R.

Une fois alimentée par les profs, cette nouvelle plateforme leur fournit un tableau de bord montrant l’évolution de chaque étudiant, ce qui leur permet de les faire accéder à d’autres matières de manière personnalisée. De plus, la plateforme elle-même peut fournir la matière à l’étudiant de manière autonome. La plateforme est en outre alignée sur des techniques d’étude et de révision les plus efficaces. Les réponses aux questionnaires, une fois remplis par les étudiants, alimentent les tableaux de bord que les professeurs peuvent analyser pour cibler leur aide, et communiquer avec les élèves à distance.

Si le défi culturel est important pour certains professeurs, le potentiel des nouvelles techniques d'enseignement l'est tout autant. A l'exemple de cet enseignant français qui a organisé une correction interactive, à distance, pour 6 500 étudiants en médecine, en utilisant simultanément, une session YouTube Live et la plateforme Wooclap.