Alors que des foyers d'infections au coronavirus se multiplient dans les écoles, notamment en région bruxelloise, les autorités ont prévu de se réunir ce jeudi afin de prendre d'éventuelles nouvelles mesures.

La ministre de l'Enseignement en FWB, Valérie Glatigny, a évoqué la situation difficile que traversent les jeunes de 18-25 ans, soumis à des cours en distanciel depuis plusieurs mois. "Je suis inquiète car la crise nous a touché dès le début de l’année académique, donc je crains une série de décrochages. Les premiers retours indiquent que ceux qui ont présenté leurs examens ont bien réussi mais beaucoup ne les ont pas présentés. Nous aurons une réunion avec les établissements dans les prochains jours", a indiqué la ministre sur les ondes de la RTBF.

"Des aides sont prévues, des numéros verts, des subsides. Mais il est difficile de regarder les étudiants dans les yeux et de leur dire d’appeler le numéro vert quand ils sont dans un cas de mal-être", a déploré la ministre alors que la détresse se fait de plus en plus sentir chez étudiants.

"La vraie mesure pour qu’ils aillent mieux, c’est de leur permettre des interactions avec leurs pairs. Ils ont besoin de contacts comme de pain", a-t-elle poursuivi, mitigée sur les futures décisions. "Il faut pouvoir donner des perspectives, une extrême prudence pourrait conduire à sacrifier la jeunesse et avoir à terme des conséquences dramatiques".

La reprise des cours en présentiel n'est pas prévue pour tout de suite en Belgique, mais la ministre évoque une reprise progressive: "On a demandé au commissariat Covid de pouvoir revoir le protocole qui permettait 20 % de présence sur le campus. Mais il n’y a rien de plus décourageant que de faux espoirs. On veut donner des perspectives mais s’arrêter sur une date, c’est dangereux."