Il est l'invité du déjeuner littéraire le 6 janvier au Cercle de Lorraine. Il se rendra ensuite chez Filigranes.

La conseillère communale Zoubida Jellab a adressé dimanche au nom du groupe Ecolo-Groen une demande au bourgmestre Yvan Mayeur (PS) pour faire interdire la venue du journaliste politique et polémiste français Eric Zemmour sur le territoire de la ville de Bruxelles. Eric Zemmour est l'invité d'un déjeuner littéraire le 6 janvier prochain à 12H30 au Cercle de Lorraine. Il doit ensuite présenter son livre "Le Suicide français" à la librairie Filigranes. La séance de dédicaces est prévue entre 16H00 et 17H30. A 18H30, il est attendu au B19 country club à Uccle pour un débat.

Zoubida Jellab introduira la question au prochain conseil communal en fonction de la suite accordée à cette demande. Elle s'appuie sur la proximité des considérations d'Eric Zemmour sur la population immigrée en France avec les thèses du Front National, les condamnations pour incitation à la haine dont il a fait l'objet, ses propos sur la période du nazisme et son interview d'octobre dernier au journal italien le Corriere della Sera qui lui a valu son licenciement de I-Télé.

Elle rappelle qu'en mai 2012, le bourgmestre Freddy Thielemans avait interdit le spectacle de Dieudonné et avait déposé plainte pour "propos xénophobes et incitation à la haine raciale". Elle souligne également l'interdiction en novembre dernier du Koweitien Tareq Al Suwaidan à la Foire Musulmane. Elle estime qu'il est primordial d'interdire la diffusion de propos xénophobes à l'heure où certaines positions affichées de hauts représentants de l'Etat ont heurté l'opinion publique.

Yvan Mayeur attend d'avoir confirmation de sa venue. Le cas échéant, il décidera de prendre un arrêté en fonction des diverses réactions : "Pour moi, ce personnage n'est évidemment pas le bienvenu à Bruxelles. Notre ville est cosmopolite, antiraciste et tolérante".

Le directeur de Filigranes Charles Cachelou explique qu'aucune décision pour maintenir ou annuler l'invitation n'a encore été prise et que la question est soumise à discussion. "Au niveau personnel et éthique, je ne suis pas partisan d'Eric Zemmour. Cet article - même si ces propos ont par la suite été accentués et montés en épingle - nous a fait réfléchir. Il est invité pour présenter son livre, non pour faire un débat d'idées. Ce n'est pas notre philosophie que de jouer les censeurs. On se conformera aux éventuelles interdictions".

Armand De Decker pas favorable a priori à une interdiction du débat avec Zemmour

Le bourgmestre d'Uccle Armand De Decker (MR) n'est pas favorable à une interdiction du débat auquel a été invité le journaliste politique et polémiste français Eric Zemmour sur son territoire, même s'il précise ne pas s'être penché plus en avant sur la nature réelle de ses propos. John-Alexander Bogaerts, rédacteur en chef de l'hebdomadaire satirique "Ubu-Pan" et directeur du B19 Country club, maintient avec conviction son invitation. 

"Je préfère regarder de plus près ce qu'on lui reproche avant de porter atteinte à la liberté d'expression", explique Armand De Decker. "Eric Zemmour est un intellectuel de droite. Je ne crois pas qu'on puisse le cataloguer de la même manière que Dieudonné. Un journaliste ne lance pas n'importe quoi sans raison. Ce qui est reproché à Dieudonné, c'est l'antisémitisme bête et brutal".

John-Alexander Bogaerts précise que le débat est réservé aux membres et annonce l'événement sold-out, avec 130 inscrits au dernier décompte sur une salle de 150 places. "J'étais déjà opposé à l'interdiction de Dieudonné. Je suis pour une liberté d'expression totale, tant qu'elle n'est pas imposée. Au B19, ce n'est ni filmé, ni enregistré. Pour moi, c'est le principe de la démocratie. Je suis totalement apolitique. Mais, selon moi, si on commence à empêcher des gens de parler, surtout dans des cadres privés, on arrive dans des extrémismes. Contrairement à Filigranes qui est un lieu public, le cercle de Lorraine et le B19 sont privés. Maintenant, je peux comprendre que des gens s'insurgent contre ses propos".