La Commission nationale médico-mutualiste a approuvé lundi l’abaissement de l’âge du remboursement de la fécondation in vitro (FIV) de 43 à 41 ans, a indiqué jeudi le site Internet MediQuality.

Cette décision répond à un contexte économique difficile et au faible taux de réussite de la technique sur les femmes au-delà de 41 ans, estime Michel De Vos, chef de clinique au Centre de médecine reproductive à l’UZ Brussel.

L’abaissement de l’âge de remboursement de la FIV constitue une bonne décision dans un contexte de mesures d’économie, a confié le professeur Michel De Vos à l’agence Belga jeudi.

" Les résultats de plusieurs études scientifiques constatent une baisse d’efficacité de la technique pour les femmes de plus de 41 ans. A ce stade, la balance entre le coût et le taux de réussite n’est plus équilibrée. " Ainsi, en Belgique, la FIV n’atteint que 5 % de taux de réussite chez les femmes âgées de 40 à 43 ans, d’après le rapport du "College of Physicians for Assisted Reproduction Therapy" publié en 2009.

" La mesure devrait entrer en vigueur au plus tard le 1er janvier 2013 ", espère Ri De Ridder, directeur général de l’Inami.

Deux catégories de patientes pourront néanmoins toujours bénéficier du remboursement de la FIV jusqu’à 43 ans : les femmes ayant recours à un don d’ovocytes (cellules sexuelles féminines dont la maturation donnera un ovule), et celles qui congèlent leurs ovocytes pour les utiliser ultérieurement.

La Commission nationale médico-mutualiste a également décidé d’abaisser l’âge de remboursement de l’insémination intra-utérine de 42 à 41 ans.

En tout, sept mesures d’économie concernant la procréation médicalement assistée ont été approuvées pour un montant de 18,7 millions d’euros. (Belga)