L'obligation de démontrer l'existence d'un lien avec la commune n'est en effet valable que dans le cas d'un acte de gré à gré, ce qui n'est pas le cas lors d'une vente publique. La ministre flamande du logement Freya Van den Bossche reconnaît que ce risque existe mais veut d'abord évaluer la situation avant de voir si le problème se pose réellement.

C'est la députée flamande Tinne Rombouts (CD&V) qui a levé le lièvre jeudi en Commission du parlement flamand: selon elle, de plus en plus de vendeurs de terrains recourent à la vente publique pour éviter l'obligation de démontrer l'existence d'un lien.

La ministre s'est engagée à suivre le problème de près et s'il s'avère après une évaluation prévue en 2011 que le système est détourné, elle cherchera une solution.