Mardi, François-Xavier de Donnea, ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, suspendait la fermeture du Bois de la Cambre à la circulation, décidée le 5 mars dernier par la Ville de Bruxelles.

Dès mardi soir, la compétence du ministre-président en la matière était remise en cause. "Lorsque le conseil communal a voté cette mesure, la notification n'a pas été envoyée à la Région mais au Comité de Concertation pour la Sécurité Routière", explique-t-on au cabinet du bourgmestre bruxellois, Freddy Thielemans. "M. de Donnea n'en a pas été informé car cela ne ressort pas de sa compétence. Seule la Ville est compétente sur son territoire mais le Comité de Concertation émet un avis".

En effet, cet organe composé des 19 bourgmestres bruxellois, d'un membre du ministère des Communications et de l'Infrastructure et d'un membre de la Région, est consulté afin de rendre un avis favorable ou défavorable qu'il transmet ensuite au niveau fédéral. Le Fédéral se charge alors de vérifier la conformité du règlement communal avec la loi.

Du côté de la Ville de Bruxelles, on affirme que la décision de fermeture n'a pas encore été mise en oeuvre. Le bois a effectivement été fermé à la circulation les samedis durant les vacances de Pâques, ce qui arrive chaque année depuis 1997, à la suite d'une décision de M. de Donnea d'ailleurs.

Pour les autres samedis, la réglementation n'a pas encore été appliquée; le ministre-président suspend donc une décision qui n'est pas d'application. "Faux", rétorque-t-on au cabinet du ministre-président. "D'après les dires des riverains, le bois a bel et bien été fermé les samedis, hors vacances de Pâques".

Une véritable bataille juridique vient d'être entamée entre la Ville de Bruxelles et le cabinet de M. de Donnea. En effet, alors que la ville conteste la compétence du ministre-président, celui-ci affirme la légitimité de son geste. "Si le bourgmestre avait pris un arrêté de police interdisant la circulation dans le bois le samedi, M. de Donnea n'aurait pas eu autorité", précise l'attachée de presse de ce dernier. Or, il s'agit d'une décision du conseil communal. Dans ce cadre-là, le ministre-président a exercé sa tutelle".

L'argument invoqué par François-Xavier de Donnea pour justifier la suspension consiste en l'absence de concertation entre les autorités communales de Bruxelles-Ville, Ixelles et Uccle.

Sur ce point, l'attachée de presse de Freddy Thielemans est formelle: "Le règlement communal ne prévoit pas la concertation avec d'autres communes pour les matières relevant du territoire communal. En admettant que le ministre-président soit compétent, son argument ne tient pas".