Belgique Frank Van Massenhove (photo) a renoncé à devenir le CEO de la SNCB, a-t-on appris vendredi à bonne source. L'homme a invoqué des raisons personnelles pour justifier son choix. Le comité ministériel restreint a rapidement désigné celui qui le remplacera: Jozef Cornu, né en 1944, administrateur chez Belgacom et ancien CEO d'Agfa-Gevaert. Le 1er septembre, le gouvernement fédéral s'est accordé après de longues discussions sur la désignation d'une série de "top managers" d'entreprises publiques. Parmi les postes importants à pourvoir figuraient les deux nouvelles entités de la société des chemins de fer: la SNCB et Infrabel.

Un consultant privé avait établi une sélection de cinq candidats par fonction. Pour le dirigeant de la SNCB, le gouvernement s'était écarté de la liste après qu'un problème se fut posé pour l'un des candidats qui ne présentait pas les qualifications requises. Le choix s'était porté sur M. Van Massenhove, patron du SPF Sécurité sociale, étiqueté sp.a, qui avait manifesté sa surprise à l'annonce de sa désignation.

"Je suis aussi étonné que vous", avait-il écrit sur son compte Twitter. L'ex-futur CEO de la SNCB a dit vendredi son regret d'avoir dû renoncer.

"Je suis conscient du fait que j'impose ainsi un nouveau défi au gouvernement dans une procédure de nomination déjà ardue, mais je dois hélas prendre cette décision maintenant, avant de mettre à mal ultérieurement la confiance du gouvernement et de la SNCB. Au vu des réactions publiques suite à l'annonce de ma désignation, beaucoup de personnes seront déçues par ma décision. Mais je suis intimement convaincu du fait que les réactions positives suite à ma désignation ne visaient pas ma personne, mais portaient plutôt l'espoir de changements structurels au sein de la SNCB. Je suis certain que le futur dirigeant de la SNCB pourra s'attendre à des réactions similaires", a-t-il déclaré dans un communiqué.

M. Van Massenhove a informé mercredi le ministre des Entreprises publiques de son choix. Des raisons de santé l'auraient poussé à renoncer à la fonction. L'intéressé n'a pas voulu s'étendre sur les motivations de sa décision qu'il qualifie de privée. Il mènera par contre son mandat à la tête du SPF Sécurité sociale à son terme, a-t-on appris par ailleurs.

Le comité restreint a pourvu sans tarder à son remplacement en désignant Jo Cornu, ingénieur de formation, qui a fait l'ensemble de sa carrière dans le secteur privé. Il est passé par Bell Telephone, Alcatel, a dirigé Agfa-Gevaert, siège au conseil d'administration de Belgacom et est président d'Electrawinds, société active dans les énergies renouvelables, installée à Ostende, fief du vice-premier ministre sp.a, Johan Vande Lanotte.

M. Cornu sera nommé aux mêmes conditions salariales que celles prévues pour M. Van Massenhove et les autres "top managers" désignés au début du mois: un maximum de 290.000 euros par an, dont une partie fixe de 200.000 euros, une autre partie de 30.000 euros recouvrant avantages et frais divers et 60.000 euros au titre de rémunération variable en fonction des objectifs atteints.

Il s'agissait d'agir rapidement "compte tenu de l'importance du dossier et des réformes en cours", a commenté Jean-Pascal Labille selon qui M. Cornu possède "toutes les qualités requises" pour mener à bien sa nouvelle mission.

La décision prise au Comité ministériel restreint clot politiquement le dossier, a indiqué le Premier ministre Elio Di Rupo.

Il restera au gouvernement à renouveler très prochainement l'ensemble des instances au sein des nouvelles structures, a encore dit M. Labille.

La CSC-Transcom dit revivre "le cauchemar de 2002"

La "saga des nominations" à la SNCB donne à la CSC-Transcom une impression de déjà-vu. "Nous avons déjà vécu le même cauchemar en 2002", a déclaré le responsable du syndicat chrétien Luc Piens. Quant à la CGSP, elle regrette avant tout qu'il ne reste que peu de choses de la transparence promise en ce qui concerne les nominations à la tête de la compagnie de chemins de fer. La SNCB n'a de son côté pas réagi à la nomination de Jo Cornu au poste d'administrateur délégué, après que Frank Van Massenhove a jeté l'éponge "pour raisons personnelles".