Ce dimanche 7 avril, c'est la date choisie pour commémorer le génocide des Tutsis au Rwanda. Cette guerre a causé la mort de près d'un million de personnes en 1994. Depuis, chaque année, une cérémonie est organisée au monument de l'avenue Vandendriessche à Woluwe-Saint-Pierre. Seulement, les familles des génocidaires et des négationnistes rwandais tentent à chaque fois de parasiter cette commémoration. Par tradition, ils essaient de se réunir la veille, le 6 avril (date de la mort du président Juvénal Habyarimana à l'origine de l'assassinat des 10 paras belges), malgré les interdictions de manifester. Aussi, depuis plusieurs années, l'ex-bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Willem Draps, interdisait via un arrêté de police toute manifestation autre que l'officielle durant tout le mois d'avril.

Mais cette année, les événements se seraient déroulés autrement, ce que dénonce le député MR Alain Destexhe. « Malgré une lettre du 26 mars de l'ambassade du Rwanda au nouveau bourgmestre rappelant les dispositions antérieures, Benoît  Cerexhe a laissé la manifestation des négationnistes se dérouler », explique-t-il sur son blog.

Alain Destexhe dénonce une « gaffe » dont les conséquences néfastes sont doubles. D'abord, « cet acte est vécu comme une profanation du monument par les rescapés (nombreux en Belgique) et par les autorités rwandaises », explique le député. Mais suite à ce manque d'information envers l'ambassade du Rwanda, le représentant du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders n'a visiblement pas pu participer aux commémorations à Kigali. Les relations entre les deux pays étant pourtant en voie d'amélioration, Alain Destexhe demande à Benoît Cerexhe de s'expliquer au sujet de « cet incident grave ».

Cerexhe: "Les propos de Monsieur Destexhe sont erronés et exagérés!"

Ce dimanche soir et après quelques jours de vacances, le bourgmestre de Woluwe-St-Pierre a tenu a réagir à ces attaques auprès de LaLibre.be en indiquant qu'il a "autorisé la cérémonie officielle organisée ce dimanche par l'Ambassade du Rwanda et refusé la manifestation de ce samedi. Et donc 'oui', comme bourgmestre, j'avais interdit la manifestation du 'Comité contre l'impunité et l'injustice au Rwanda' qui avait prévu de l'organiser à la veille de la date de commémoration du génocide." Cependant, ce refus n'aurait pas empêché une vingtaine de manifestants de se rendre devant la stèle "sans pour autant y tenir de propos diffamants, faire des profanations ou des gestes inacceptables" précise Benoît Cerexhe, qui ajoute que "la police a préféré - malgré le refus de manifester - laissé faire ces manifestants quelques minutes afin d'éviter des dérapages ou incidents."

Pourquoi n'a-t-il pas, comme ses prédécesseurs, pris d'arrêté pour empêcher cette manifestation? "Les rapports de police indiquaient qu'il n'y avait aucun soucis à se faire. D'ailleurs, la petite tolérance de la police sur le terrain ce samedi n'a rien à voir avec les propos erronés et exagérés de Monsieur Destexhe. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi l'ambassade a annulé sa cérémonie, vu que la manifestation était refusée", nous précise Benoît Cerexhe qui aurait informé l'ambassade ainsi que les organisateurs de cette manifestation de son refus.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a tweeté sa première réaction vers 21h.