Provoquer une crise est toujours plus facile que d’en sortir. Jacqueline Galant (MR) poursuit donc son travail de longue haleine pour rassurer l’opinion publique francophone et, en particulier, les élus de son propre camp. Surtout du côté de la fédération MR du Brabant wallon

Pour rappel, début février, la ministre fédérale de la Mobilité avait mis le feu aux poudres en affirmant que la mise à quatre voies de la ligne 124 (Bruxelles-Nivelles) et de l’entièreté de la ligne 161 (Bruxelles-Ottignies) ne faisait plus partie des priorités ferroviaires, le fonds RER étant quasiment à sec.

A la suite de la tornade politico-médiatique qui s’en était suivi, la finalisation du RER wallon avait été confirmée par le gouvernement Michel. Il revient désormais au cabinet Galant de proposer un plan de financement et un nouveau timing afin d’achever les travaux.

En attendant les quatre voies…

En attendant, la ministre libérale veut continuer à avancer sans attendre la mise à quatre voies. Elle a annoncé ce lundi matin, au bureau de parti du MR, qu’elle allait faire le tour de toutes les communes qui bénéficieront d’une gare sur le parcours du futur RER wallon (les lignes 124 et 161 donc) afin de relever de manière systématique les aménagements les plus importants qu’il reste à réaliser (outre la mise à quatre voies).

A cette fin, Jacqueline Galant va envoyer cette semaine un courrier aux patrons de la SNCB et d’Infrabel afin de leur demander de mettre à sa disposition des experts du dossier RER pour l’accompagner lors de cette tournée.

Tournée en minibus

Cette visite des vingt-deux futures gares du RER wallon devrait se faire dans les prochaines semaines, confirme la porte-parole de la ministre : "En plus de ces experts de la SNCB et d’Infrabel, Jacqueline Galant sera accompagnée sur le terrain d’un technicien de son cabinet. Il s’agira de rencontrer sur place les bourgmestres des communes concernées et leur échevin de la Mobilité. On met tout le monde dans un minibus et on passera de station en station pendant plusieurs jours. On actualisera l’état des lieux des besoins pour le futur RER. Cela peut aller d’un parking vélos à une rampe d’accès ou à un ascenseur, par exemple. On va demander aux responsables locaux de donner leurs priorités."

Politiquement, une fois établi, ce listing permettra aux élus des communes concernées de pouvoir donner à leur population un agenda précis des améliorations concrètes des infrastructures locales en attendant l’arrivée effective du RER. Ces aménagements gare par gare seront financés, notamment, par le solde du fonds RER (soit une centaine de millions d’euros). Attention, cette liste des priorités pour le futur RER sera établie en parallèle avec le dossier de financement de la mise à quatre voies, qui reste en cours d’élaboration. Après discussion avec la SNCB et Infrabel sur ce qu’il est possible de faire ou non, Jacqueline Galant devrait intégrer ces priorités dans la note globale qu’elle concocte pour le gouvernement fédéral au sujet de l’achèvement du RER au sud de Bruxelles.